Beyrouth hôtel

Partager ce contenu ...
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Pitch :

Venez découvrir la dernière création de la Compagnie du Nouveau Monde « Beyrouth Hôtel » où un auteur de théâtre échoue dans un modeste hôtel de Beyrouth. Ses interrogations existentielles et futiles d’intello parisien se heurtent à la spontanéité et au goût de la vie de la réceptionniste qui connaît pourtant l’état de guerre depuis toujours…

Cette comédie pleine de drôlerie et de subtilité raconte ainsi la rencontre de deux mondes et de leurs cultures, en même temps que celle d’une femme et d’un homme…

Avec l’aide d’un complice musical inattendu et malicieux….

Avis de la rédaction :

La pièce se déroule au Liban, pays en guerre, dans un hôtel miteux. Une jeune femme fait le ménage quand arrive un touriste avec une valise à la main. Les ingrédients sont réunis pour faire une belle pièce.

C’est la rencontre entre l’Orient et l’Occident, entre deux mondes et leurs cultures. Avec d’un côté un parisien coincé, qui vit sur les ruines de son passé et qui est incapable de de se tourner vers l’avenir afin de créer quelque chose de nouveau. Il s’invente un monde qui devient un rêve éveillé mais illusoire. Il est constamment attaché à son portable et appelle soit son ex soit son ami Marco ; et de l’autre une libanaise pétillante, pleine de vie et d’espoirs dans un pays en guerre. Elle est spontanée et s’assied sur cet enfer pour aller de l’avant. C’est la rencontre entre un homme et une femme…

La mise en scène est dépouillée mais efficace.  La mise en lumière et le jeu des comédiens permettent de nous montrer les décalages humains et culturels. L’univers du mime au début est juste magnifique et nous montre que le théâtre n’est pas que du texte mais aussi des corps qui occupent la scène par leurs jeux. Cette pièce mêle humour et dérision. Un vieux juke-box joue des morceaux en fonction des situations dès que l’on pose quelque chose dessus tantôt orientale tantôt jazzy, c’est pour ainsi dire le troisième personnage de la pièce qui donne le rythme, le tempo. Les deux comédiens jouent merveilleusement bien. Félicitations

Partager ce contenu ...
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email