Jean-François Césarini tire sa révérence.

Partager ce contenu ...
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Jean-François Césarini a vu le jour le 30 septembre 1970 à Avignon. Il fut gérant de l’entreprise Cebillord qui a été créée en 1983.

Chef d’entreprise dans l’immobilier et titulaire d’un DEA de philosophie, il a été rocardien puis strauss-kahnien, selon un portrait que lui a consacré l’AFP. Il avait rejoint En marche « une petite année avant l’élection » d’Emmanuel Macron.

Jean-François Césarini crée en 2010 une section de Terra Nova en Vaucluse. En 2012, en tant que président de l’antenne Terra Nova 84, il apporte son soutien à Christine Lagrange en vue des élections municipales de 2015 pour l’investiture socialiste, face à Cécile Helle.

Devenu référent d’En marche pour le Vaucluse, il est élu le 18 juin 2017 député de la première circonscription de Vaucluse face à Anne-Sophie Rigault, avec un score de 58,09 %.

Jean-François Césarini avait découvert entre les deux tours des législatives qu’il était malade. Lors de son mandat, il était « en chimiothérapie tous les 15 jours », demeurant actif car rester « entre quatre murs [aurait été] encore plus dur ».

Il est membre du « Collectif social-démocrate », groupe d’une vingtaine de députés de l’aile gauche du groupe LREM, constitué en juin 2019.

Il se porte candidat à l’investiture de LREM pour les éléctions municipales en 2020 à Avignon. Sa candidature est écartée par la commission nationale d’investiture. Il s’illustre en indiquant qu’il votera pour la liste écologiste.

A ses heures perdues et en dehors de la sphère politique, Jean-François Césarini s’adonnait aussi à des activités artistiques :

De l’Hémicycle à un clip de rap : c’est le grand écart étonnant réalisé par Jean-François Césarini, député LREM du Vaucluse. Dans la vidéo du chanteur avignonnais N-Jay, mise en ligne mardi 16 janvier, l’élu joue même le rôle du cerveau d’un groupe de braqueurs « Robins des bois », qui braquent une « banque de sourires » pour les rendre à la population. On le voit fêter le casse, bouteille de champagne à la bouche.

« Je ne vais pas changer parce que je suis député », explique celui qui est comédien amateur depuis dix ans. « Tout le monde est assez intelligent pour voir que ce ne sont pas des vrais pistolets à l’image ! » estime le débuté, qui rappelle qu’il jouait déjà le rôle d’un chef de gang dans une web-série en pleine campagne des législatives. « Personne dans la classe politique n’est venu m’importuner avec ça. »

Un seul-en-scène au Off d’Avignon

Durant le Festival off d’Avignon de 2018, il se produit presque tous les soirs dans une pièce de théâtre, Demain vite !, mise en scène par Marie Pagès, dont l’action se situe en 1914. Il y interprète le rôle d’un professeur qui donne une conférence sur les mérites du siècle à venir.

Le député d’Avignon, 47 ans, revendique son droit à un passe-temps : « Des députés consacrent deux à trois heures par semaine à la philatélie ou au macramé. Moi, il se trouve que j’aime être dans la création artistique, qui plus est quand elle permet de mettre en lumière des talents de notre territoire. » Il se dit convaincu que ses électeurs « savent que je travaille beaucoup. »

Activités artistiques et associatives

Jean-François Césarini a contribué à la French Tech Culture, en devenant en 2015, l’un des cofondateurs (avec Pascal Keiser, Paul Rondin, Paul-Roger Gontardet et Olivier Py) de l’incubateur de start up The Bridge, dont Paul Hermelin est le président. Il figure désormais dans la rubrique mentors et experts sur le site de l’association.

Il a également joué dans un clip de rap et a été la seconde voix dans un duo avec Coralie Pressard sur le titre À t’attendre. Il est aussi parolier et a ainsi offert une chanson Taïwan à une délégation venue de ce pays. Il est d’ailleurs le président du groupe d’amitié parlementaire à l’Assemblée nationale entre la France et Taiwan, le groupe d’études à vocation internationale sur les questions liées à l’expansion de l’économie taïwanaise.

Il était, il est et il sera toujours le président honoraire de l’association de l’Étoile italienne en Provence donc celle-ci lui a rendu un vibrant hommage

Le 30 mars 2020 : ·

« Nous sommes comme de nombreux Avignonnaises et Avignonnais complétement abasourdi par le décès de notre député Jean-François Césarini.

Bien loin de sa fonction et de la politique, il était et restera membre de l’association l’Étoile Italienne en Provence. Membre d’honneur depuis son élection, pas pour se faire valoir mais juste pour être encore plus au côté des membres du bureau dans chacune de nos actions. Jean-François était de tous nos repas, de toutes nos réunions et inaugurations. Nombre de fois sa maladie, plus que ces fonctions, l’avait tenu éloigné d’une de nos interventions. Mais à chaque fois et il fut le seul, à s’excuser, à trouver un temps pour nous visiter ou nous apporter son soutien.

Nous ne pouvons pas lui rendre hommage sans penser à Hélène, sa maman, sa mama comme on dit dans notre belle Italie, qui est un pilier indéfectible de nos tables et dont nous ne maitrisons pas la peine en ces journées de deuil. Quelle sache que nos pensées et nos prières l’accompagnent.

Jean-François était un homme de verbe, de verve, enflammé comme peuvent l’être nos ancêtres Italien et un ami fidèle, si fidèle que son départ marquera à jamais nos cœurs, nos esprits et chacun de nos rassemblements.

Addio amico, che la tua anima trovi riposo eterno tra gli angeli o le stelle. Ci lasci il dolore e le lacrime, ma domani diventeranno le nostre armi contro questa malattia. »

Adieu l’homme, l’ami, l’artiste…

Partager ce contenu ...
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email