Le corps de mon père

Partager ce contenu ...
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Le pitch :

Le corps de mon père est un extrait du Journal hédoniste du tome 1,
« le désir d’être un volcan », paru en 1996.
Dans ce texte autobiographique,
l’auteur Michel Onfray évoque avec pudeur et lyrisme son enfance auprès de son père,
un ouvrier agricole taciturne et très courageux.
Il parle de l’amour infini,
bien que rarement exprimé, qui les liait.

Une ode magnifique à la figure paternelle et une bouleversante déclaration d’amour filial.

Michel Onfray

Il est né en janvier 1959 dans l’Orne à Chambois. Son père était ouvrier agricole et sa mère femme de ménage. À l’âge de dix ans, il fait ses études dans un orphelinat chez les Salésiens à Giel, en Normandie.
De 1983 à 2002, après avoir obtenu un doctorat en philosophie, il enseigne dans les classes terminales d’un lycée technique de Caen, puis démissionne et crée en octobre 2002 l’Université populaire de Caen : libre d’accès à tous, elle doit permettre une démocratisation du savoir. Puis à Argentan en 2006, une Université Populaire du goût.
Auteur très prolifique, il a publié plus d’une cinquantaine d’ouvrages dont « La puissance d’exister », « Traité d’athéologie », « Contre-histoire de la philosophie » …

L’avis de la rédaction :

Quand tout est dit que dire ? Quand l’être est là que reste-t-il à exprimer ?   Merci au comédien Bernard de Saint-Omer pour nous avoir permis de retranscrire un amour pour un père et déclamer un amour bouleversant sans tomber dans le pathos. Ainsi le comédien utilise ses sens pour décrire la force de cet Amour. Le son de l’acier qu’il travail, l’odeur d’un pain qui cuit et les étincelles de l’acier avec la ponceuse de l’établi. Sur une scène sobre, le décor est une statue Du Père et un établi d’atelier où il réalise le socle de celle-ci devant nous. La lumière est zénithale pour nous rappeler la puissance d’un père sur son Enfant. Merci et félicitations au comédien pour cette magnifique prouesse artistique et linguistique.

Infos utiles :

Au théâtre du Verbe Fou , 95 rue des infirmières à Avignon

À 11h00 du 26 au 29 juillet.

Réservation au : 04 90 85 29 90

Tarif : 20€, carte OFF : 14€ et enfant: 10€.  

Partager ce contenu ...
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email