Renaissance de la chapelle des Célestins

Partager ce contenu ...
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

L’église des Célestins est une église conventuelle désaffectée, située à Avignon sur la place des Corps-Saints. Elle a été construite à partir de 1395 à l’initiative de l’antipape Clément VII et du roi de France, Charles VI près de la tombe de Pierre de Luxembourg ; de nombreuses reliques et les dépouilles de personnages illustres y furent par la suite déposés.

Dernière fondation de la papauté avignonnaise, unique fondation royale dans la ville pontificale, le couvent des Célestins fut le plus riche de la cité et reste encore de nos jours, au moins dans son gros œuvre, le moins dégradé de ses établissements monastiques, présentant toujours son église, son cloître et une grande partie des bâtiments réguliers.

Mort en juillet 1387 en odeur de sainteté, le jeune cardinal Pierre de Luxembourg avait demandé à être inhumé à même la terre dans le cimetière des pauvres d’Avignon. Immédiatement fertile en prodiges et guérisons miraculeuses, sa tombe fut couverte en 1389 d’une chapelle provisoire en bois et devint l’objet d’un culte très actif. Ceci incita Clément VII à faire construire à proximité un couvent, et il appela à cet effet les religieux célestins, ordre d’origine italienne dont il venait de rendre indépendante la Province de France. Les moines prirent possession des lieux le 31 mars 1393.

Cependant, le roi de France Charles VI, souhaitant honorer la dépouille du jeune cardinal qui lui était apparenté, voulut être reconnu comme le fondateur du prieuré et le dota richement.

Fastueusement fondé sous un double soutien pontifical et royal, le couvent bénéficia par la suite de nombreuses donations, dont celles très importantes consenties par le Roi René. Il reçut aussi de nombreuses reliques, comme celles de Saint Bénézet retirée du Pont en 1674, ainsi que les tombeaux de nombreux personnages importants – au rang desquels se trouvaient Clément VII et de nombreux cardinaux. Il devint de ce fait le plus opulent et le plus riche en œuvres d’art de tout Avignon.

À la Révolution, les bâtiments furent convertis en caserne, puis annexés à la succursale des Invalides établie à Saint-Louis. Après 1850, les lieux furent occupés par divers services militaires, dont un pénitencier. Désaffectés après la Seconde Guerre mondiale, les bâtiments sont occupés de nos jours par la cité administrative. L’église est depuis 1980 propriété de la Ville d’Avignon qui la restaure activement.

Le cloître, du XVe siècle, présente la particularité d’avoir sa galerie Nord qui occupe le second bas-côté méridional de l’église et son rang de chapelles latérales, détruisant la symétrie du plan initial. L’apparente sobriété de ses galeries, à côté d’une église si prestigieuse, s’explique par la disparition des riches remplages qui ornaient ses baies. Trois ailes et l’église s’ordonnent autour de cette cour. Il ne reste encore rien du décor intérieur, sinon la porte en accolade du réfectoire. La vaste aile édifiée au XVII° siècle le long de la rue Saint-Michel a été gravement endommagée par les bombardements de 1944, et peu après rasée pour laisser place aux bâtiments de la Cité Administrative élevés par Fernand Pouillon.

Le portail d’entrée du cloître inclut un bas-relief figurant le fondateur de l’Ordre, saint Pierre Célestin, en train de rejeter les attributs de la papauté sous l’inspiration divine. Au-dessus, un large médaillon porte plusieurs symboles de la royauté française (fleurs de lys, mais aussi colliers du Saint-Esprit et de Saint-Michel, couronne fermée), représentation très rare à Avignon.

Chronologie

1387 Mort du cardinal Pierre de Luxembourg à 19 ans. Par humilité, il désire être enterré dans le petit cimetière des pauvres.
1389 A la suite de nombreux miracles qui se produisent sur sa tombe, elle devient un lieu de pèlerinage. La reine de Sicile, Marie de Blois, fait construire une petite chapelle de bois.
1393 L’anti-pape Clément VII accorde aux Célestins l’autorisation d’y construire un monastère.
25 juin 1395 Pose de la première pierre de l’église par les ducs de Berry, et de Bourgogne et le duc d’Orléans, oncles et frère du roi de France Charles VI, fondateur du monastère.
11 avril 1396 Le prix-fait signé à cette date indique que la construction a été faite par Pierre Morel, lapicide et sculpteur Lyonnais, chargé de la construction de l’abside de l’église.
1398 L’abside et le transept sont prêts à recevoir leurs voûtes.
1401 Les travaux de l’abside et du transept sont terminés.
1424 Les travaux de la nef sont brutalement arrêtés par manque de ressources. La dernière travée est alors fermée par un mur.
15ème siècle De nombreuses chapelles viendront agrandir l’église initiale. La chapelle de bois est remplacée par une construction à 4 travées perpendiculaire à l’église.
17ème siècle Le couvent est l’un des plus riches en œuvre d’art. François de Royers de la Valfenière construit les deux portails d’accès à l’église et au cloître.
1674 Les reliques de saint Bénezet sont transportées dans l’église.
Après 1790 La Révolution est une période de pillage du couvent. Les tombeaux de Pierre de Luxembourg et de l’anti-pape Clément VII sont détruits ainsi que les stalles en bois et les peintures.
1801 Le couvent est transformé en succursale des Invalides de Paris.

Merci à monsieur Silvestre et aux monuments historiques pour le gigantesque travail fait à l’intérieur de la chapelle des célestins qui retrouve ainsi partiellement sa splendeur passée.

Partager ce contenu ...
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email