interview d’Anne Cangélosi

Partager ce contenu ...
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

 

Le dimanche 31 octobre, en rentrant à la gare TGV, d’une visite à Paris ou nous sommes allés chroniquer le spectacle Peter Pan, nous avons eu le plaisir de croiser Anne Cangelosi ou Mémé casse bonbon pour les intimes. Elle nous a accordé un petit entretien que nous livrons ici.

 

Journaliste : « Bonjour Anne s’est un plaisir de vous retrouver ici en Avignon, On ne sait pas vu cet été, est-ce que le OFF s’est bien déroulé pour vous ? »

Anne : « Ma foi, j’ai passé un excellent festival d’Avignon; J’ai eu le plaisir et le privilège de pouvoir présenter les 3 spectacles de Joséphine, notre Mémé casse bonbons au théâtre de la Tâche d’Encre. Je n’ai pas trop subit de baisse de fréquentation, malgré la pandémie. Nous avons tourné sur un taux d’occupation de la salle qui a été de 90%. D’ailleurs pour le troisième opus « On est tous le vieux d’un autre », a été complet quasiment tous les jours ce qui m’a beaucoup ravie.  En plus, j’ai eu le plaisir de jouer trois fois sur le festival OFF hors les murs ce qui m’a permis de voir de beaux villages de Vaucluse. »

 

Journaliste : « Ce weekend vous êtes revenue présenter votre spectacle ici donc ? Cela a été un succès comme d’habitude ? »

Anne : « Oui, je viens de jouer par deux fois, le troisième opus de Mémé dans une salle du Grand Avignon, afin de la soutenir. Ce lieu a du mal à trouver son public. Comme vous le savez mon spectacle, remplit normalement plutôt bien les salles. J’ai essayé d’apporter ma modeste contribution au fonctionnement de ce lieu qui a quelques difficultés à faire sa place dans le mode culturelle avignonnais. Dommage les spectateurs n’étaient pas vraiment au rendez-vous »

 

Journaliste : «  Je comprends, au fait, si je ne m’abuse, cet été vous avez dû recevoir un prix je crois ? « 

Anne : « Oui, je suis très honoré, car en 2018, « Petits arrangements avec la vie » avait reçu le prix du meilleur spectacle du Off. Cette année, j’ai eu le plaisir de me voir décerner le prix de la Cigale d’Or pour le spectacle qui a été joué le plus longtemps sur le site Avignon à l’Unisson. Donc pour mes dix années de OFF et mes 8 années de Mémé Casse Bonbons. J’en suis très fier. Mais au fait c’est vrai, par l’intermédiaire de votre rédaction, j’ai eu le plaisir d’avoir une très belle surprise durant le festival OFF 2021, qui va en devenir une pour vous à la fin du mois de décembre. »

 

Journaliste :  » Ah ah !! pouvez-vous nous en dire plus, nous expliquer pourquoi ?  »

Anne : « j’ai eu l’immense plaisir d’avoir un jour dans ma salle lors de l’opus 3, madame Bertin, la directrice du théâtre du Gymnase Marie Bell à Paris. Elle est venu suite à la lecture de vos chroniques sur Avignon à l’Unisson. Mme Bertin a eu envie de me voir et de me connaitre. Elle est tombée totalement amoureuse de Joséphine et de son univers.  Suite à notre entrevue, elle a décidé de me programmer dès le 20 décembre dans son théâtre. »

 

 

Journaliste :  » Félicitations, on vous souhaite un beau et grand succès dans ce haut lieu du théâtre parisien. « 

Anne : « Oui merci, surtout que pour me promouvoir, je serais mis en avant et soutenue par Dominique Lotte que beaucoup d’avignonnais connaissent. Elle assure  la direction du théâtre le Sham’s et assure la promotion presse de très nombreuses pièces tout au long de l’année. Je suis ravie de travailler avec Dominique qui est une grande professionnelle, et qui saura mettre en avant Joséphine et mon travail à Paris et au-delà. »

 

Journaliste :  » Je vois avec bonheur que les projets fusent et donc vous allez vous cantonner à la sphère parisienne seulement ?  »

Anne : « Pas du tout, j’ai le weekend prochain des représentations à Biarritz ou d’ailleurs le taux de remplissage et plein à 95%. Puis derrière le Mans et Angers ou pareil, les personnes sont au rendez-vous. Je suis heureuse que ce spectacle « On est tous le vieux d’un autre » soit une telle réussite, que le public me livre un tel accueil. Vraiment, je suis très honoré de l’accueil du public à chaque représentation, les mots écrits avec Alexandre Delimoges, mon co-auteur, ravissent la salle et j’espère permettent au public de réfléchir sur la différence.

A chaque représentation, j’associe Alexandre, aux applaudissements, aux standing ovation. »

 

Journaliste : «  Je comprends d’autant plus votre difficulté avec les représentations de ce week-end. « 

Anne : « Il est vrai que ce week-end, on a été sur un taux d’occupation qui a avoisiné les 50%. Il est vrai que je ne suis pas habitué à jouer devant un salle mi pleine. Cela n’est pas grave, c’est une expérience de plus. J’ai voulu être sympathique et aider ce lieu. Mais je suis contente pour les personnes qui sont venues me voir et qui m’ont chaleureusement accueillie, une nouvelle fois dans le bassin de Vie d’Avignon. Je reviendrais dans cette ville très prochainement dans d’autres salles et puis bien évidement je serai là pour le OFF 2022. »

 

Journaliste :  » Sur ce 3éme opus « On est tous le vieux d’un autre » Joséphine va partir visiter son fameux Obélisque, qu’elle a tant rêvé de voir. Une nouvelle fois, vous nous mettez face au regard acerbe de Joséphine, sur le regard que peuvent porter des fois, à l’emporte-pièce, les personnes âgées sur notre société et vice versa. « 

Anne : « Oui, oh ! eh ! hein quand même !! comme dirait Joséphine, il n’y a pas que les vieux. Tout le monde peut avoir des préjugés et pour moi il est primordial de combattre les préjugés. Combattre le racisme, l’homophobie, l’obésité et l’anormalité…. Par des paroles qui sont plutôt apaisées, nous pouvons plus facilement peut-être par l’intermédiaire du filtre de la personne âgée abordés ces thèmes. Je tente de faire réfléchir le public qui vient nous voir, sans pour autant être totalement déconnecté de la réalité. Ainsi on peut pardonner à ces personnes âgées, leurs égards de langages plus facilement et le public adhère assez aisément à la démarche de Joséphine. »

 

Journaliste : « Comme dans les deux autres pièces : le thème central et toujours bien écrit et amène à réfléchir, c’est important pour vous ? « 

Anne : « En effet, je prends beaucoup de plaisir à écrire avec mon co auteur et ami Alexandre Delimoges, directeur de l’école du one man show à Paris. Il a écrit avec moi ces trois fameux et savoureux opus que je viens, à chaque représentation, exprimer à travers les frasques de Joséphine. »

 

Journaliste :  » Vous me parlez d’Alexandre Delimoges, mais vous aussi vous êtes professeur au sein de cette école ? « 

Anne : « Oui vous avez entièrement raison. D’ailleurs, je prends un énorme plaisir à enseigner et à transmettre mes savoirs aux futurs artistes depuis maintenant quelques années. Je suis très intéressée par ce travail pédagogique et didactique qui me permet de pouvoir suivre beaucoup de nos apprenants tout au long de leur évolutions et carrières. J’adore les retrouver des fois, sur les mêmes festivals ou les mêmes théâtres ou salles que moi et cela est un véritable plaisir d’échanger avec eux. »

 

Journaliste : « Je vois que votre train ne va plus tarder, je vous souhaite un bon voyage de retour et que vous reviendrez en terre avignonnaise très bientôt. »

Anne : « J’espère que l’équipe d’Avignon à l’unisson pourra venir à Paris pour me voir au théâtre du Gymnase fin 2021 ou en 2022. Je vous accueillerai bien volontiers autour d’un bon PAC à l’eau. »

 

Merci Anne Cangelosi pour ce temps que vous nous avez accordé. Merci d’égailler avec beaucoup de gentillesse les cœurs de tous ceux qui viennent vous voir en spectacle. Et bien évidement comme on vous le dit à chaque fois : « si Mémé ne passe pas loin de chez vous, courez la voir car vous prendrez toujours une grande dose de plaisir » et comme le dit le hache tag : #va chercher bonheur avec Mémé. »

 

Partager ce contenu ...
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email