Premier Amour

Partager ce contenu ...
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Pitch :

Histoire d’amour calamiteuse (et l’éternelle fuite) d’un vieux garçon égoïste avec une prostituée qui l’installe chez elle et se déclare très vite enceinte de ses œuvres.

Mais pourquoi ce vagabond, qui aime tant manger son sandwich et sa banane sur les tombes, qui répugne à se déshabiller et adore les vases de nuit, ressasse-t-il sans fin son histoire d’amour ?

Un voyage dans les méandres doux-amers, tragi-comiques d’une vie ratée.

 

Avis de la rédaction :

 Le décor est sobre : un escabeau tantôt porte manteau tantôt banc et un guitariste pour les intermèdes.

Un homme s’installe sur ce support, il est vêtu simplement et porte un manteau et un chapeau.

Il cherche dans ses poches des bouts de papiers et en sort un qui semble être une lettre…

Ce personnage sans prénom, qui pourrait toutes les personnes ou en être qu’une et un savant mélange de mime, de douceur, de chagrin et de mélancolie.

Il est touchant malgré ces multiples tics. La mort de son père a casé quelque chose en lui qui l’a rendu psychotique. En effet, c’est un vieux garçon, qui a suivit des études et a eu un tuteur mais certaines espaces de son cerveau ont été abîmées par cette perte.

En plus de ce trouble, on le chasse du seul lieu ou il se sentait rassuré, il est déraciné par la perte de l’icône de son père et de la présence de cet être suprême dans les odeurs et les lieux où ils habitaient. Il a 25ans, il est livré à la rue, avec pour seul repère les chariots la nuit dans le ciel…

Jean Michel campe magnifiquement bien son personnage à la fois fou et si touchant par la fragilité des mots qui ont tous un sens pour lui mais hélas plus pour nous. Il passe du rire aux larmes en une fraction de seconde. Vous êtes UN grand comédien, une espèce en voie de disparition. Merci monsieur pour cette pièce qui nous rappelle que tous à un sens, surtout les mots et qu’il ne faut pas laisser de côté, les personnes différentes, il faut les écouter et les aider du mieux que l’on peut…

infos pratiques:

du 22 septembre au 28 octobre à 21h

au théâtre de la croisée des chemins

Salle Paris -Belleville 75019 Paris

Métro 11, arrêt télégraphe

 

Partager ce contenu ...
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email