Programmation du phénix festival

Partager ce contenu ...
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

PREMIÈRE ÉDITION DU PHÉNIX FESTIVAL

Du 1er AU 20 JUIN 2021

SOIRÉE D’OUVERTURE LE 31 MAI

A LA NOUVELLE SEINE

Un Phénix devant Notre Dame, c’est plutôt symbolique …

A l’instar des différents « printemps » que nos sociétés ont connus, peut-être est-ce un « printemps culturel » qui se prépare là. Un printemps où le spectacle vivant pourra renaître après plus d’un an de fermeture. Renaître différemment, dans le mouvement de la cohésion. Croisons les doigts pour que nos théâtres rouvrent, croisons les doigts pour que la première édition du Phénix Festival puisse s’épanouir.

« Amour Amère » de Neil Labute par l’immense comédien Jean-Pierre Bouvier.

« La Grande Musique » de Stéphane Guérin, une mise en scène de la talentueuse Salomé Villiers et son équipe de choc.

« Sur un air de Tango » d’Isabelle Toledo par la compagnie 13, une mise en scène de Pascal Faber et Bénédicte Bailby.

La superbe compagnie Zygomatic et sa nouvelle création « Climax ».

« Rave 95 », et la compagnie Ah.

« Martin Eden » d’après Jack London par les âmes libres, au son des Ukulélés et des chants polynésiens, parce qu’on aime le voyage au Phénix.

« Caligula et Camus », taillé au couteau par la formidable compagnie des Perspectives.

L’intimité de Chaplin, en 1939, raconté par Cliff Paillé,

Laura Elko, ventriloque, comédienne, chanteuse, et son merveilleux « Ah vous dirais-je mamans ».

Fabio Marraet sa dernière création « un pas après l’autre ».

« l’un est l’autre » par le collectif Fractal, Eric Verdin , Benjamin Boyer et Marine Montaut.

La poésie charnelle de Laurent Gaudé (Cendres sur les mains) et l’immense artiste Alexandre Tchorbanoff.

« Moi, Vivante », création de Marie-Hélène Goudet mise en scène par Emmanuel Besnault(et vous saurez si vous êtes obituarophile ou pas).

« Quelque chose au côté gauche », d’après Tolstoi, revu par le grand Hervé Falloux.

Le huis-clos d’Antoine Lemaire (la fragilité des choses).

On croisera les marionnettes de la compagnie Déraïdenz,

Et c’est le souffleur Ildebrando Biribo d’Emmanuel Vacca qui reprend vie, lui qui a rejoint les étoiles voici quelques jours. Paolo Crocco nous embarquera dans les folies vertigineuses de la mémoire.

Et les grandes traversées, les aventures au coin du feu, les soirées dans les tavernes, les combats d’épée, les fresques, parce qu’il nous en fallait une, c’est la folle équipe d’Astrid, Marc Tourneboeuf, et ses douze comédiens qui s’y collent.

Partager ce contenu ...
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email