TARTUFFE

Partager ce contenu ...
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Pitch :

La célèbre pièce de Molière, adaptée pour 3 comédiennes, dans une version surprenante.

L’origine du nom de Tartuffe pourrait être un dérivé de l’allemand der Teufel : le diable. L’objectif premier de Molière était de dépeindre un méchant homme. Ajoutons qu‘entre foi et mauvaise foi, il n’y a qu’un pas. Notre parti pris est de décaler le prisme de lecture. Les femmes ici prennent le pouvoir et cassent les chaînes. La pièce est interprétée par 3 comédiennes également musicienne, danseuse ou chanteuse lyrique. Des muses au service de la beauté et de la liberté qui viennent ôter le masque d’une vie contrainte, au plus grand mépris d’une virilité qui n’a plus rien de triomphante.
Car en opposition, on ne verra dans cette adaptation que 2 hommes, 2 caricatures d’un certain ‘’mâle – être’’ : Orgon, parangon du machisme, de la société patriarcale. Notable risible, perclus de principes, il incarne ‘’le vieux monde’’. Et Tartuffe, véritable parasite, qui ne fait que prôner la dictature de l’intime, par opportunisme plus que par conviction. Que des actrices interprètent ces 2 rôles masculins permet une légèreté de ton, une distanciation salvatrice. Cette version de Tartuffe est d’abord une farce dans laquelle les alexandrins, malgré les coupes opérées, sont respectés. La comédie n’épargne pas non plus certaines femmes, complices du système, telle Madame Pernelle (la mère d’Orgon), que l’on pourrait qualifier de ‘’Tartuffo-collabo’’… Dorine, personnage principal, transforme notre Tartuffe en pièce féministe, au cœur de laquelle l’émancipation des femmes prend corps.

Infos utiles :

Dès que les lumières s’éteignent, le son est celui de cloches rejoint par des tambours et des violons. Trois personnages en bures et capuchonnés  arrivent sur scène.

Ils ouvrent un coffre pour créer le décor et  ce qui semblait être la représentation d’un vitrail deviendra une séparation entre deux lieux voire plus…dès que ces personnages sont seuls, elles éclatent de joie et oui ce sont trois femmes qui revêtent des habits de théâtre afin de jouer Tartuffe.

Très très agréable surprise d’assister à cette histoire dont la prose est gardée et où des notes de musique actuelle sont distillées de façon subtile sont très surprenant tout comme l’utilisation de masques inspirés de la Comédia del arte.

Cette pièce est rythmée par des instruments à cordes où par l’utilisation des coffres comme batterie rythmique. Ces trois comédiennes sont magnifiques et quelle surprise de découvrir Sophie Millon dans un autre registre ou elle resplendit de lumière tout comme ces deux autres comédiennes.

Une pièce qui vaut le détour car même les puristes seront heureux de voir que les femmes peuvent jouer des rôles d’hommes…

Théâtre l’Optimist, 50 rue Guillaume Puy

À 14h00 du 7 au 31 juillet 2021, relâche les 14, 21, 28 juillet

Réservation au : +33 (0)6 65 61 11 74

Tarif : 19€, carte OFF : 13€, enfants (- 10ans) : 9€.  

Partager ce contenu ...
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email