TUEURS EN SÉRIE SUR LE DIVAN

Partager ce contenu ...
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Fiche technique :

Titre : Tueurs en série sur le divan
Auteur : Jean-Benoît Dumonteix et Joseph Agostini
Éditeur grand format : Envolume
Date de sortie grand format : mai 2021

Résumé :

La perversion des tueurs en série confine parfois au raffinement de la cruauté. Comment ces êtres humains, autrefois enfants et eux-mêmes victimes d’adultes négligents ou malfaisants, ont-ils pu sombrer dans une telle abomination ? Que révèle le tueur en série du malaise de nos sociétés ? Deux psychanalystes tentent de retracer les itinéraires du crime de ceux que l’on qualifie de « monstres ».

À travers rencontres, témoignages et réflexions personnelles, ils sont partis à la rencontre de leur perversion. Loin d’employer un vocabulaire hermétique, ils s’adressent à tous les lecteurs dans un style accessible.

Avis de la rédaction :

Ce livre de 164 pages est un essai qui traite des affaires de tueurs comme Guy Georges, Paulin, Petiot et Fournirez. il peut être lui aussi bien par des adultes que par de jeunes adultes car même si on n’a pas suivi ces tueurs, on contextualise très bien leur cheminement.

Vous allez me dire que c’est du déjà vu et lu, mais non. Le texte n’est ni vulgarisé à l’extrême, ni un traité de psychologie pour les nuls. Ce texte et son style sont à la fois psychologique et psychiatrique décrit de façon abordable. Il est tout simplement splendide avec une nouvelle vision des affaires commis par ces tueurs en série. On n’arrive à comprendre ce qui s’est passé dans leur tête et leur enfance pour en arriver là.

Ces personnes nous sont dépeintes de façon sobre et leurs actes sont décrit de façons chirurgicales sans être ni dans le graveleux, ni dans le déni. D’ailleurs pour mieux comprendre la différence entre ces criminels et des citoyens ordinaires, Joseph Agostini compare les mécanismes des tueurs aux productions horrifiques de Netflix. Lorsque les spectateurs souhaitent voir du sang et ressentir de l’angoisse, il s’agit d’une pulsion du regard.

Merci pour la fluidité de vos écrits même si quelques coquilles existent encore…Outre ces écueils dès que l’on rentre dans une affaire on a hâte de se plonger dans la suivante.

Le supplément est une interview qu’il faut lire absolument car les deux écrivains tentent de nous faire comprendre la cruauté de ces personnes et les éléments de leurs démarches d’homme « particulier ».

Partager ce contenu ...
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email