Une opérette à Ravensbrück

Partager ce contenu ...
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Pitch :

Une opérette pour défier le mal par le rire
« J’ai écrit une opérette, une chose comique, parce que je pense que le rire, même dans les situations les plus tragiques, est un élément revivifiant. On peut rire jusqu’à la dernière minute. »
Germaine Tillion 1907- 2008 Ethnologue et résistante française entrée au Panthéon en 2015

Le 21 octobre 1943, Germaine Tillion est déportée à Ravensbrück pour faits de résistance.
Avec ses camarades et alors qu’il est interdit d’écrire, Germaine Tillion cachée, rédige Une opérette à Ravensbrück ( Le Verfügbar aux enfers ). Une opérette – revue qui met en scène la conférence d’un
naturaliste décrivant « l’espèce » particulière des déportées nommées « Verfügbar ».
Ces déportées qui refusent de participer à l’effort de guerre nazi sont assignées aux travaux les plus pénibles du camp.
Face à ce conférencier, dont elles sont l’objet d’étude, les prisonnières chantent, dansent pour résister et redonner vie à leur corps et à leur âme.
« Une mise en scène résolument pétillante qui donne toute sa profondeur au sujet et où le rire est une résistance. »
« Entre rires et frissons, le spectateur se laisse embarquer dans cette opérette unique, qui donne à la fois des raisons de désespérer de l’humanité et de croire à son avenir. Féroce et sacrément culotté ! » – La Commère 43

« Une très belle et intelligente mise en scène. Un ensemble de voix parfait et un accompagnement très subtil. » – L’Éveil de la Haute Loire

« Mettre en scène Une Opérette à Ravensbrück est un défi difficile à relever. Le travail réalisé par Claudine Van Beneden est magnifique, il montre que l’entreprise nazie de déshumanisation a échoué grâce à la
volonté et à l’esprit d’un groupe de Déportées et le spectateur s’imprègne de l’idée que l’art est un des moyens pour approcher l’indicible de la Déportation. »
Jean-Michel Blanchardon, Président du Mémorial de la Résistance et de la Déportation de la Loire.

Avis de la rédaction :

Le thème de la déportation peut faire peur, ici il n’en est rien. Ces femmes celles d’aujourd’hui et celles d’hier dans ces camps de la morts ont réussi un exercice ultra dangereux car il est interdit d’écrire dans les camps, mais Germaine Tillion avec ses camarades ont écrit une opérette à Ravensbrück ( Le Verfügbar aux enfers ). « Une opérette – revue qui met en scène la conférence d’un
naturaliste décrivant « l’espèce » particulière des déportées nommées « Verfügbar » ».

Madame Germaine Tillion a refusé de jouer cette pièce de son vivant. Le travail du metteur en scène Claudine Van Beneden est splendide, grandiose, merveilleux. Le jeu de ces cinq comédiens ont au talent immense et font entendre les voix des déportés pour les camps de la Mort.

Merci mesdames, votre puissance de jeu de comédiennes et votre conviction sont un bras levé contre l’ignominie. Vous êtes pétillantes,seul votre insigne nous plonge dans cette situation terrible ; d’ailleurs en ce 17 juillet, jour hommage des 80 ans de la rafle du Vel d’Hiv, le texte de Germaine Tillion résonne encore plus fort avec l’âme du violon….

Ayant eu l’immense chance de connaître une femme qui en est revenue, on comprend mieux l’envie de se distraire à écrire en cachette une opérette afin de transmettre au génération futur le message de Germaine Tillion avec un Espoir immense et sans lourdeur.

Mille merci Mesdames et messieurs.

et Félicitations

A voir au plus vite!!!!!!

 

Infos pratiques :

Théâtre du Chien qui fume, 75 rue des teinturiers

A 10h30 du 7 au 30 juillet, relâche les 12, 19, 26 juillet.

Réservation au : +33 4 84 51 07 48

Tarifs :  22 €, OFF : 15 €.

Partager ce contenu ...
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email